Les présentations en siège et les contraintes intra-utérines

Publié par : | 13 février 2013

De nos jours, on estime qu’une grossesse sur 25 se présente par le siège, soit par les fesses, les pieds ou une jambe au lieu d’une présentation dite vertex, par la tête.

De plus, 13 % des césariennes sont pratiquées pour des cas de siège. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) évalue à 15 % le taux acceptable de césariennes dans la population en général. Au Québec et en Amérique du Nord, ce taux est actuellement chiffré aux alentours de 22 %1. Les soins chiropratiques sont une solution naturelle et non invasive qui aide au renversement d’un bon nombre de cas de siège et peut contribuer à diminuer le taux de césariennes actuellement pratiquées pour ces mêmes cas.

Que sont les contraintes intra-utérines? Ce sont des forces extérieures au fœtus qui empêchent les mouvements normaux pouvant même jusqu’à l’empêcher de basculer la tête en bas après la 32e semaine de grossesse et d’avoir droit à un accouchement par voie vaginale. Tout débalancement au niveau du bassin et du sacrum chez la mère entraîne une tension anormale et des débalancements musculaires et ligamentaires produisant ces contraintes intra-utérines. Étant donné que la colonne vertébrale a un rôle de protection au niveau de la moelle épinière et des nerfs, le système nerveux ne peut pas acheminer adéquatement les informations neurologiques qui sont dirigées vers les structures du bassin et à l’utérus.

La technique Webster et la technique Bagnell sont une analyse chiropratique spécifique et une technique d’ajustement (manipulation vertébrale) qui peut réduire l’interférence nerveuse, faciliter le bon fonctionnement du bassin et du coccyx, de la région lombaire et pelvienne, des muscles et des ligaments, ce qui en retour, diminue les contraintes intra-utérines permettant au bébé de se positionner de façon optimale pour l’accouchement. Les ajustements du bassin, de la symphyse pubienne, du coccyx et de la colonne vertébrale sont spécialement adaptés pour la femme enceinte et sont entièrement sécuritaires pour le fœtus. Le traitement comporte également des techniques de relâchement musculaire et ligamentaire.

Ces techniques adaptées aux cas de bébés en siège doivent être pratiquées par un docteur en chiropratique ayant suivi une formation post-graduée en obstétrique et en pédiatrie. Dans le JMPT (Journal of Manipulative and Physiological therapeutics)2-3, on a rapporté taux de succès 81 % chez les chiropraticiens pratiquant cette technique. Une prise en charge précoce, soit entre la 30e et la 36e semaine est souhaitable puisqu’elle augmente les chances de réussite. Après la 36e semaine, les chances sont diminuées puisque le bébé prend du poids et l’espace physique est restreint pour le renversement.

Il est important de demander à votre médecin ou à votre sage-femme s’il n’y a pas une raison physiologique permettant d’expliquer une présentation en siège ou en position transverse. Par exemple, en présence d’un utérus bicornu, il y a un risque accru de cas de siège. Si rien ne peut expliquer la présence d’une telle présentation, les soins chiropratiques pourraient être indiqués. Puisque cette technique naturelle et non invasive tient compte de la biomécanique normale de la femme enceinte, aucun effet secondaire ni complication n’ont été rapporté à ce jour. Le chiropraticien pourra également vous proposer une série d’exercices qui aidera le bébé à rester en position vertex par la suite. La technique Webster est maintenant enseignée dans le curriculum pour les étudiants au doctorat en chiropratique de l’Université du Québec à Trois-Rivières. En plus du programme universitaire, il existe une formation postdoctorale en pédiatrie et en obstétrique, soit un certificat d’une année ou un « diplomate » de trois ans.

Les chiropraticiens préconisent des solutions naturelles, orientées vers le bien-être, permettant au corps de se guérir lui-même.

Références
1.ICIS (Institut canadien de l’information à la santé), avril 2004
2.The Webster technique : a chiropractic technique with obstetrical implications, JMPT 2002, Jul-Aug; 25 (6) : Chiropractic management of third trimester in-utero constraint.   Forrester J.   Can Chiropractor 1997; 2(3):8-13 (Special Section)
3.Hacker & Moore, Essentials of obstetrics and gynecology, Saunders, 3rd edition
4.Paul C. M.D. Macdonald et al., Williams obstetrics, F.Gary Cunningham, 20th edition

SOURCE : https://www.mamanpourlavie.com/sante/alternatives-naturelles/chiropratique/7747-les-presentations-en-siege-et-les-contraintes-intra-uterines.thtml