OMG! Mes parents sont chiro!

Publié par : | 21 mars 2019

Mon Épopée d’allaitement

Charles, troisième bébé de la famille, mon allaitement va être magique, non?  Oh non! Tu sais quand l’allaitement va mal! Moi oui, je connais! Mais tout obstacle est surmontable!

Bébé ne prend pas le sein!

Ils ont dû intervenir avec des ventouses lors de ma naissance, j’étais un peu têtue disons-le!  De plus, j’ai été séparé de maman. Bien que le peau-à-peau avec papa était rassurant, les hormones n’étaient pas au rendez-vous et la première mise aux seins a été retardé, ce que nous savons nuit à l’allaitement. Ceci est mon histoire, mais je crois que plusieurs se reconnaissent. Maman revenue dans la chambre, nous essayons ensemble une première tétée, mais je n’arrive pas à prendre le sein…

Montée de lait?

Maman a toujours eu une montée de lait tardive, vers la 5e journée. Je ne suis pas l’exception. Est-ce que maman manque de lait? Non, ma mauvaise prise au sein cause un manque de stimulation qui diminue la production de maman. Mais elle le sait et sait qu’il ne faut pas abandonner.

À l’aide! Qui fait quoi?

Les infirmières et sage-femmes, qu’elles soient à l’hôpital, au CLSC (CISSS), à la halte-allaitement, à la maison de naissance ou en visite à domicile, elles sont là pour nous aider! Elles sont souvent faciles à contacter et dévouée. Elles pèsent bébé, vérifient son état de santé, et la prise au sein. Elles ont de bonnes connaissances en allaitement et peuvent grandement aider et diriger vers divers intervenants.

Il est aussi possible de faire la demande d’une marraine d’allaitement, qui est une maman qui a allaitée elle-même et qui peut nous offrir un support téléphonique.

Je suis chanceux, ma maman est une super chiropraticienne qui a déjà commencé mes traitements du côté biomécanique et neurologique. Ma naissance ne m’a pas laissé sans trace, des hématomes sur mon crâne, des tensions dans mon cou et ma mâchoire, des réflexes de succion et de tétée faibles qui affectent ma prise au sein, et qui se travaillent par les soins chiropratiques.

Mais il y a plus…

La consultante en lactation, IBCLC, vient à la maison pour nous aider. Elle nous aide avec les positions d’allaitement afin de trouver ce qui fonctionne pour nous! Elle m’évalue pour un frein de langue restrictif et nous réfère à la clinique d’allaitement de l’Hôpital Juif de Montréal. Les consultantes et médecin décident de procéder à la frénotomie, couper mon frein de langue. Avec des exercices et la poursuite des soins chiropratique, ma prise s’améliore grandement. Mais ce qui persiste sont mes inconforts et pleurs.

Les infirmières et nutritionniste me guide vers les intolérances, la plus commune étant l’intolérance à la protéine de lait de vache. Après 1 semaine de régime d’éviction, je vais déjà mieux et, après 3 semaines, mes symptômes d’inconfort sont complètement disparus.

Ouf! Toute une aventure cet allaitement! Mais cela en vaut tellement la peine et je suis toujours allaité à ce jour, avec tous les bienfaits qui vient avec! Avez-vous vécu une histoire similaire à la nôtre?

Charles, 14 mois